Menaces sur la vigne : subir ou agir dès maintenant ?

Uncategorized
menaces sur la vigne

Viticulture : la santé de la vigne en question

Dans un article du 10 septembre 2018* sur la viticulture, LesEchos.fr liste trois menaces sur la vigne à l’horizon 2050. Chez Fruition Sciences nous travaillons depuis plus de 10 ans dans la conception de techniques et d’outils connectés pour surveiller la vigne. Notre expérience en Californie et les données accumulées un peu partout dans le monde permettent déjà aux viticulteurs de cultiver une vigne en meilleure santé. Ainsi, surveillée dans ses conditions environnementales, la vigne donne elle-même les clés qui permettent d’optimiser l’utilisation des intrants, la qualité et le rendement. Nous avons démontré que nos clients réduisent les intrants (fertilisants, consommation en eau) et installent des cercles plus vertueux au domaine.

Moins de pesticides et de fertilisants en viticulture ?

La viticulture comme l’indique Les Echos.fr consomme 20% de produits pour 3% de la surface agricole utile. Cependant, les maladies, la maturité, le stress hydrique, le rendement sont souvent très disparates. Chaque parcelle vit différemment. De ce fait, il est possible d’améliorer l’efficacité des traitements en considérant la forme et la taille des zones homogènes. La maîtrise de la variabilité spatiale du vignoble est une source de progrès pour la gestion globale du vignoble.

La météo géolocalisée couple aujourd’hui des modèles aux conditions réelles. Elle fournit une précision à une échelle de 1km carré.  Ce mix de modèles avec des relevés ponctuels permet de caractériser finement ce qui se joue dans la parcelle, à  l’instant « t » et de bénéficier de prévisions à 4 jours.  Il est aussi possible de consigner l’historique pour comparer la tendance climatique instantanée du millésime par rapport aux précédentes.

Il en va de même pour les modèles maladie : aujourd’hui chaque domaine peut bénéficier d’alertes pour son domaine précisément et ce en fonction des conditions climatiques locales analysées à une échelle fine.

Cerise sur le gâteau : l’agrégation des données, année après année va rendre ces outils de plus en plus précis. Il s’agit donc d’un service individuel qui contribue à la création de solutions qui profiteront à toute la profession (un peu comme Coyote ou Waze!). Ces solutions basiques à mettre en oeuvre, sont disponibles chez Fruition Sciences à partir de 15€ par mois.

En complément, l’imagerie NDVI permet de voir en une carte géolocalisée les disparités de vigueur. Les cartes zonées permettent de mettre en place des plans de fertilisation différenciés en saison et en campagne hivernale.

Il est donc possible d’optimiser l’usage des fertilisants. Et aujourd’hui, La fertilisation est possible de manière ultra précise grâce aux cartes géolocalisées embarquées sur les engins motorisés. D’ailleurs, les cartes NDVI rendent des services multiples. Elles servent aussi à établir des zonages précis pour les décisions de taille, de travail du sol, de stratégies de suivi de maturité et de définition des itinéraires de vendanges… Elles sont utilisées largement en céréaliculture depuis plus de 10 ans mais peinent encore à se démocratiser en viticulture. On se demande bien pourquoi.

Dépérissement de la vigne et impact climatique : subir une fatalité ?

« En France, la vigne dépérit lentement mais sûrement, avec un taux de mortalité qui atteindrait 10 % ». Peut on lire dans cet article de LesEchos.fr. qui indique que les recherches portent en particulier (mais pas seulement bien sûr) sur des plants hybrides. Mais ces derniers seront éventuellement au point et productifs à un horizon de 5 à 10 ans et avec toutes les réserves exprimées par Lilian Bérillon (coauteur du livre « Le jour où il n’y aura plus de vin » – Grasset, 2018).

Or, il existe chez Fruition Sciences des solutions pour surveiller et comprendre dès aujourd’hui ce qui se joue pour le végétal. Et ceci est possible à l’échelle de la parcelle et en fonction des conditions  environnementales !

Surveiller maintenant c’est comprendre et agir. On ne peut rien à court terme pour infléchir la tendance climatique et l’effet de la pollution sur la vigne. Il est en revanche possible de mesurer factuellement et scientifiquement les effets de la taille et des autres operations viticoles d’une année sur l’autre. Les cartes NDVI « Cartocep » de Fruition Sciences, fournissent en outre une estimation des manquants.

Créez des analyses selon vos besoins et décryptez votre vignoble pour en exprimer le meilleur. L’abonnement à 360viti, notre plateforme d’intelligence vigne est accessible à partir de 150€ par mois !

« Il faut remettre la vigne au centre de notre attention. Depuis la production des plants par les pépiniéristes, jusqu’aux pratiques culturales, notamment grâce à des méthodes de taille plus respectueuses » indique Chloé Dumas, chargée de recherche a l’INRA*.

Adopter les outils de viticulture de précision, est-ce compliqué ?

Chacun vit différemment le changement ! Tout dépend de la motivation a vouloir faire mieux. Nous avons mis toute notre science de la viticulture dans 360viti, pour que les équipes puissent simplement en tirer les bénéfices ! Au début, c’est vrai, il faut adopter l’outil et prendre le réflexe de se connecter chaque matin. Il faut aussi créer son tableau de bord, mais nous sommes là pour aider a la transition numérique ! Ensuite, les opérations vont plus vite et le gain de temps devient palpable. Gagner en compréhension permet de prendre des décisions plus sûres. Il devient facile de partager en ligne les informations avec vos équipes et vos consultants. Cela épargne beaucoup d’énergie à chacun. L’impact des actions est mesurable.

Ensemble au service de la viticulture

Devant la multiplication des acteurs connectés au vignoble nous avons vocation à intégrer le plus possible des données. Cela, pour que nos utilisateurs n’aient plus qu’un seul site auquel se connecter.  Parce qu’il est essentiel de faciliter le quotidien des vignerons et de leurs équipes. Bien outillés, ils seront en mesure de faire face aux défis de la viticulture que liste l’article de LesEchos.fr

Le carnet de santé du vignoble

La plante, le fruit et l’environnement qui conditionnent la croissance nous fournissent des informations précieuses. Nous intégrons déjà dans 360viti un grand nombre de partenaires qui relèvent et fournissent ces informations. Et nous poursuivons nos efforts. Dans cet esprit de travail collectif, nous avons rejoint cette année quatorze entreprises technologiques au Domaine du Chapitre. Ce domaine viticole héberge le concept du Mas Numérique** initié par Montpelier SupAgro. L’expérience en cours ne disposait pas de solution pour regrouper et mettre en perspective la diversité des données techniques produites sur le vignoble pour la gestion de la qualité et des rendements.

Nous avons donc apporté le chaînon manquant. Nous y avons connecté notre plateforme d’intelligence vigne, 360viti. Elle relie et agrège des données numériques hétérogènes générées par bon nombre de solutions connectées sur le Domaine. En centralisant ces informations, nous complétons ainsi toutes les synergies : clairement agencées, les informations numériques parlent et s’analysent facilement. Un véritable carnet de santé du vignoble. Indispensable pour agir de manière ciblée.

Depuis 10 ans nous prônons l’écoute du végétal pour le confort des professionnels et la performance. Et nous sommes déjà prêts pour vous accompagner à relever les défis dès aujourd’hui, simplement.

*Pour lire l’article cité en référence c’est ici

** Pour découvrir le MAS NUMERIQUE c’est par la

Pour démarrer l’expérience contactez nous !

Follow us on social networks :
Facebooktwitterlinkedinyoutube

Share this post :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *