L’épidémie et son impact sur les métiers du vin.

Industry corner
Les œnologues et les symptômes du Covid-19

Témoignages des œnologues.

Les professionnels et passionnés de la vigne et du vin, ont dû faire face aux symptômes du coronavirus. Mais quel est l’impact sur nos vies professionnelles ?

La COVID-19 fait désormais partie de notre quotidien et nous impacte tous de près ou de loin. Cette crise sanitaire met en difficulté beaucoup d’acteurs de la filière viticole. A ce propos, le journal anglais Seven Fifty Daily, spécialiste des vins et spiritueux a publié un article très intéressant sur l’impact de l’épidémie sur les professionnels du vin. Cet article “When Wine Pros Lose Smell And Taste to COVID-19”, relate la manière dont cette expérience les a transformés. Ces témoignages nous ont fait penser à ce que certains de nos collègues ont vécu, nous avons souhaité vous partager cet article.

« Pour une sommelière, ces sens sont indispensables et sans eux, il est impossible de qualifier les vins. »

Amanda Smeltz

Nous le savons, l’un des premiers symptômes de cette maladie est la perte du goût et de l’odorat.
D’une manière générale, cette perte des récepteurs olfactifs est déconcertante et désagréable pour tout le monde. Mais alors, comment réagir lorsque l’on est œnologue, maître de chai ou sommelier, et que l’on manifeste ces symptômes? Comment exercer sa profession? Quels sentiments peuvent émerger face à cette situation?

En effet, pour les professionnels du vin, les conséquences de ces symptômes peuvent être problématiques.

Les récits de nos collègues américains affectés par ces symptômes.

Le premier témoignage vient de Kelsey Glasser, propriétaire et sommelière du Arden Wine Bar à Portland. Testée positive à la COVID-19, elle ressentit un manque d’odorat et de goût.

Une semaine après que Mme Glasser ait remarqué qu’elle ne sentait rien, son odorat est revenu. « Chaque jour, quand je me réveillais, je prenais des choses et je les sentais », dit-elle. Il a fallu deux semaines complètes pour que ses sens du goût et de l’odorat reviennent complètement.

Il est clair que pour une sommelière, ces sens sont indispensables et sans eux, il est impossible de qualifier les vins.
En ce qui concerne la sommelière Amanda Smeltz, basée à New York, elle rédigea un article exprimant ce que la perte de ses sens a provoqué en elle.

 » Cette perte totale de sensations gustatives et olfactives ne ressemblait à rien de ce que j’avais vécu », écrit-elle. Elle ajoute « Je me suis demandé pendant des jours ce que ce serait si c’était une perte permanente, si les herbes ou le café disparaissaient de ma vie, comme le vin”. De toute évidence, les professionnels du vin doivent se battre contre certains changements de leurs sens les plus essentiels.

Logo

Prenons le cas de l’écrivain américain Jordan Mackay spécialisé dans l’alimentation et le vin. Il a contracté la covid-19 et a perdu ses sens début mars. Lui aussi confirme que « Le goût et l’odeur sont d’une importance primordiale pour les gens de notre domaine ».

Il dit qu’en tant que passionné de vin et de nourriture, il était bizarre qu’il se sente soudainement si indifférent à tout cela. De surcroit il rajoute: « Sans la sensation immédiate de saveur, je n’ai aucun intérêt à manger. On ne peut même pas apprécier la texture sans goût. Et c’est le sentiment le plus désespéré que j’ai connu en matière de nourriture et de boisson. Le plus terrifiant, c’est que vous ne savez pas s’ils vont revenir ou non ».

En définitive, comme beaucoup d’autres symptômes de la COVID-19, les modifications olfactives et gustatives varient considérablement d’une personne infectée à l’autre.

Perte d'odorat

Tout d’abord, l’anosmie temporaire, ou perte d’odorat, n’est pas rare avec les rhumes et les infections des sinus. Mais ce qui est différent avec la COVID-19, explique John Hayes, professeur de sciences alimentaires au Collège des sciences agricoles de Penn State, c’est que le virus affecte indirectement les neurones sensoriels olfactifs. En effet le virus attaquerait les cellules « vivant » à côté des neurones sensoriels. Ceci ayant comme résultat une perturbation locale.

L’explication des scientifiques concernant la perte d’odeur liée à la COVID-19 est une bonne nouvelle. Cela signifie que les neurones sensoriels ne sont pas endommagés. Il y a encore beaucoup à apprendre sur la COVID-19, mais M. Hayes indique que des estimations approximatives montrent que 80 % des patients retrouvent leur sens du goût et de l’odorat dans les deux à trois semaines suivant leur guérison.

Retour à la dégusation après la Covid-19

Après leur guérison, tous, ont repris leur dégustation et ont continué leur activité professionnelle.

Prenons l’exemple de Madame Lisa Denning, fondatrice du Wine Chef. Malade fin mars, sa capacité à goûter à nouveau a été un processus plus long et plus progressif. 

En effet, pendant des mois, elle a remarqué que ses papilles gustatives étaient plus robustes le matin. Enfin, le 4 mai, alors qu’elle dégustait un Domaine de Cala Rosé 2019 et un Boekenhoutskloof Cabernet Sauvignon 2016, elle dit avoir eu l’impression que son palais était revenu à son état initial. Quand à M.Mackay il retrouva l’intégralité des sens au fur et à mesure des jours. Il se senti soulagé lorsqu’il reconnu un Pinot Noir Littorai Sonoma Coast 2016 à l’aveugle.

Témoignage Covid-19

Pour 2021, cultivons un optimisme intelligent.

Pour conclure, oui la COVID-19 nous a beaucoup affecté mais nous sommes confiants et demeurons optimistes pour 2021. Nous souhaitons à tous nos collègues travaillant dans le secteur viti-vinicole une excellente année 2021.
Ainsi, nos équipes de Montpellier et Bordeaux souhaitent vous partager des nouvelles positives. En 2020, malgré les incendies dans la zone de Napa Valley et la crise causée par l’épidémie, notre méthode de gestion de l’irrigation pour la viticulture, 360viti Plant Aware Irrigation a été récompensée par la CEC (California Energy Commission). La viticulture durable nous remplit d’espoir, et notre méthode offre des résultats importants en économies d’eau et d’électricité (Économies de 61% pour le secteur de la viticulture). Alors, restons optimistes, prenez soin de vous et des vôtres ! A votre santé !


Regardez la courte présentation de Thibaut Scholasch. Découvrez comment notre méthode de gestion de l’irrigation 360viti PAI (Plant-Aware Irrigation), permet d’effectuer d’importantes économies d’eau et de ressources tout en améliorant et en assurant la qualité des raisins année après année.


🍷 Ces sujets liés à la viticulture pourraient aussi vous intéresser :

Follow us on social networks :
Facebooktwitterlinkedinyoutube

Share this post :
Facebooktwitterlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *