Comment simplifier la gestion de la protection du vignoble à la fois contre l’oïdium et le mildiou ?

Dans le cadre de la lutte contre l’oïdium et le mildiou, l’utilisation d’un logiciel AOD comme 360viti Protection est une assurance de sécurité et d’efficacité. Suivre grâce à un OAD ses parcelles apporte encore plus de justesse dans les stratégies de protection. Le viticulteur mettra ainsi en place la stratégie la plus adaptée pour la protection de ses vignes.

Par exemple, notre OAD 360viti Protection se base sur la description de vos parcelles et sur des données météo localisées pour vous offrir des stratégies de traitement adaptées et ciblées. Il vous permet de répondre aux questions « est ce que je dois traiter mes vignes ? », « est ce que je peux traiter? » et « à quelle dose je dois traiter afin de réduire mon utilisation de produits phytosanitaires tout en protégeant efficacement mon vignoble? »

Comme vous le savez, l’oïdium s’installe discrètement et précocement en tout début de végétation. Quant au mildiou, il peut attaquer la vigne dès la sortie des premières feuilles. Les grappes restent sensibles à ces deux maladies jusqu’à la véraison. Mais, déterminer avec précision la date des premières contaminations s’avère toujours très difficile. Il faut contrôler le développement de l’oïdium dès le départ afin d’éviter une explosion de la maladie. En utilisant 360Viti Protection, techniciens et viticulteurs peuvent suivre et être informés sur les risques de maladies sur les parcelles suivies avec une prévision à 10 jours. Ce risque maladie est pris en compte dans le calcul du besoin de protection. Si un besoin de traiter apparaît, l’opérateur peut se référer à l’état de protection de la parcelle qui lui indiquera si le traitement précédent est encore efficace ou non. Il pourra alors choisir de traiter et positionner son traitement en fonction des conditions de traitement annoncées.

Tout au long de la saison, grâce au suivi régulier de ses vignes, l’opérateur pourra « nourrir » l’OAD en lui apportant ses observations : état sanitaire de la parcelle, stade phénologique, cumul de pluie… autant d’informations qui serviront à amener la stratégie de traitement au plus proche de la réalité.

Les observations du vignerons sont très importantes et doivent être associées et ajoutés à 360viti Protection car c’est cela la clé de la réussite ! Mais…comment faire cela sur votre application 360viti Protection ?

Pour cela, rien de plus simple ! Il suffit tout d’abord de regarder les deux colonnes (indiquées en bleu sur l’image ci-dessous) dans le tableau 360viti Protection : 1. La protection actuelle, 2. Le besoin de protection


  • La protection actuelle : elle vous indique si la parcelle est encore couverte par un traitement précédent. La protection actuelle dépend directement de la rémanence expertisée, qui prend en compte 4 paramètres : 
  • √ Le type de produit 

    √ Le cumul de pluie 

    √ Le stade phénologique 

    √ L’état sanitaire de la parcelle 

  • Le besoin de protection : il indique si la parcelle a besoin d’être protégée le jour J et les jours à venir. Pour le Mildiou ce besoin dépend :
  • • du stade phénologique 

    • de l’état sanitaire 

    • de la pluviométrie 

    • du risque maladie 

    Pour l’Oïdium, il faut ajouter la notion d’historique pour prendre en compte son effet cumulatif année après année. Voilà pourquoi lors du remplissage du formulaire pour la création de votre compte, il faut répondre à la question : Est ce qu’il y a eu au cours des 3 dernières années, plus de 20% des grappes attaquées au moment de la fermeture? 


    Il peut exister 4 cas de figure :

    ⇒ Il semble nécessaire de traiter puisque la parcelle n’est pas couverte par un traitement précédent et les conditions (stade phénologique, état sanitaire, risque maladie et cumul de pluie) semblent nécessiter un traitement.

    ⇒ Il ne semble pas nécessaire de traiter: même si la parcelle n’est plus protégée par un traitement précédent, le besoin de protection n’est pas présent. Néanmoins il sera peut-être nécessaire de traiter dans les jours à venir. Grâce aux prévisions, il est possible d’anticiper ce besoin et de s’organiser au mieux.

    ⇒ Il ne semble pas nécessaire de traiter car la parcelle est encore couverte par le traitement précédent. De plus, le besoin de protection ne semble pas nécessaire.

    ⇒ Il ne semble pas nécessaire de traiter car la parcelle est encore protégée par le traitement précédent, même si un besoin de protection semble indiqué.

    Dans tous les cas, il est possible d’anticiper un besoin de protection dans le futur grâce aux prévisions et ainsi de s’organiser au mieux. 

    Combinez de façon efficace les deux activités clés de la protection du vignoble : l’état sanitaire dont le viticulteur fait la vérification + les données ajoutées sur 360viti Protection. Resultat : vous recevrez une proposition de protection efficace pour mieux protéger votre vignoble et pour économiser vos ressources.

    L’état sanitaire de votre parcelle reflète son état de contamination : il est noté selon une échelle de 0 (par défaut: rien à signaler) à 5 (présence conséquente de mildiou ou d’oïdium sur feuilles et/ou sur grappes). Il est important de saisir l’état sanitaire de la parcelle car ill est pris en compte dans le calcul du risque maladie (EPI), du besoin de protection et de la rémanence expertisée du traitement. La stratégie de traitement proposée sera donc plus réaliste si l’outil prend en compte l’état de la parcelle.

    360viti Protection vous propose automatiquement le stade phénologique calculé de votre parcelle. Ce stade calculé peut parfois être légèrement différent de la réalité observée. C’est pourquoi vous pouvez saisir manuellement le stade phénologique observé à une date donnée pour recaler les stades phénologiques calculés. En général, une saisie de recalage suffit pour la saison. C’est important car le stade phénologique est pris en compte dans le calcul du risque maladie (EPI), du besoin de protection et de la rémanence expertisée du traitement.

    Si vous observez un cumul de pluie différent du cumul proposé par votre station météo dans 360viti Protection, vous pouvez le modifier manuellement pour une date donnée. Ce nouveau cumul sera pris en compte dans le calcul du risque maladie (EPI), du besoin de protection et de la rémanence expertisée du traitement.

    1. Ajouter un état sanitaire dans 360viti Protection

    Vous l’aurez compris, l’ajout d’un état sanitaire dans votre application 360viti est très important. Nous allons donc vous montrer comment procéder…

    Tout d’abord, cliquez sur la petite croix verte en bas à droite de l’application, et choisissez « état sanitaire »

    Procédez ensuite à la notation de l’état sanitaire : ajoutez la date puis les informations requises en utilisant les chiffres indiqués selon votre vérification et l’état sanitaire de vos vignes.

    Cliquez enfin sur « Ajouter l’état sanitaire ».

    Et voilà ! En quelques clics le tour est joué, vous avez ajouté l’état sanitaire de votre vignoble !

    2. Ajouter un stade phénologique observé dans 360viti

    Cliquez sur la petite croix verte en bas à droite de l’application, et choisissez cette fois-ci « stade phénologique »

    Indiquez ensuite la date du jour, puis cliquez sur le stade phénologique.

    Indiquez alors le stade qui correspond à vos vignes.

    Puis cliquez sur « ajouter le stade phénologique »

    Voilà, c’est fait !

    3. Ajouter un cumul de pluie dans 360viti

    Cliquez sur la croix verte en bas à gauche et sélectionnez « correction de pluie ».

    Indiquez par la suite la date du jour où il a plu, et le nouveau cumul en mm.

    Puis cliquez sur « corriger la pluie ».

    C’est terminé ! Vous avez ajouté le cumul de pluie dans votre application.

    Regardez aussi nos vidéos sur le même sujet

    En bref…

    Aujourd’hui il faut répondre aux enjeux de la viticulture durable. La maîtrise des produits phytosanitaires est un enjeu clef pour les viticulteurs et les outils d’aide à la décision font partie des technologies qui aident à appliquer les produits au bon moment et à respecter la réglementation. En utilisant 360viti Protection, techniciens et viticulteurs maîtrisent l’usage des produits phytosanitaires et réduisent leur IFT en Vigne car ils sont avertis des risques des maladies sur les parcelles suivies. Ainsi, cela permet de prévoir les risques du mildiou et de l’oïdium et de décider d’adapter les interventions fongicides des vignes. Mais aussi de rapidement protéger la vigne et choisir la solution la plus adaptée à vos plantes.

    Follow us on social networks :
    Facebooktwitterlinkedinyoutube

    Share this post :
    Facebooktwitterlinkedinmail

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *