Zonage à partir de la vigueur : Proxi ou Télédétection ?

Uncategorized

Pour optimiser le rendement des parcelles, il est central de faire le point sur les anomalies ou les différences de vigueur des parcelles. Quelles qu’en soient les causes (type de sol, exposition, maladie ou pratiques culturales), l’enjeu est d’harmoniser le vignoble pour qu’il donne son plein potentiel. L’observation est donc une préoccupation constante et chronophage, au coeur de l’action au vignoble.

La vigueur de la végétation, un paramètre primordial en agriculture

L’indice NDVI est utilisé en agriculture pour suivre l’évolution de la végétation au cours de la saison depuis maintenant plus de 30 ans. Devenue courante en céréaliculture, elle reste étrangement encore sous utilisée en viticulture. Historiquement, cet indice était majoritairement mesuré par satellite. Aujourd’hui, de nouveaux moyens de captation des images ont vu le jour : capteurs embarqués, drones, avions légers comme l’Avion Jaune, avec qui nous avons choisi de travailler, et satellites. Les images NDVI permettent d’apprécier le niveau d’expression végétative à des échelles différentes selon la résolution et la technique d’imagerie choisie. Leur valeur ajoutée est de faire gagner un temps précieux de repérage des disparités de vigueur, afin d’ajuster facilement les opérations au sol (vérifications, analyses et actions correctrices).

Les cartes de zonage NDVI : gagner du temps, se concentrer sur les zones à problème et mieux planifier les étapes clé du millésime

Elles sont un excellent moyen de visualiser en un seul geste, l’hétérogénéité de la vigueur. L’intérêt est de faire gagner du temps en vérifications et analyses sur le terrain grâce a une vue d’ensemble. Cela aide beaucoup pour déployer plus vite les actions nécessaires d’homogénéisation des parcelles en vue d’améliorer qualité et rendement. Réaliser des cartes de zonage à partir des cartes NDVI permet de sectoriser les travaux au vignoble en fonction des classes de vigueur qui ressortent. Les années suivantes, elles permettent, par comparaison, de confirmer, corriger et poursuivre les actions d’harmonisation. Par ailleurs, les zonages permettent de planifier les itinéraires de vendanges sélectives. Elles sont donc un outil multi-usages sur lequel chacun devrait se reposer pour faciliter le travail.


Visuel, Proxi-détection ou télédétection ?


Bien sûr, chacun connaît son vignoble et effectue des repérages au visuel, en mode piéton. Mais pour aller plus loin, les images NDVI sont des outils redoutables. La proxi-détection concerne tous les capteurs, qu’ils soient embarqués sur des tracteurs ou portés (piétons). La télédétection comprend toutes les images aériennes, qu’elles proviennent de drones, d’avions ou de satellites.

Les capteurs, prennent ainsi des images au plus proche de la vigne et en mode horizontal. Ils permettent de fournir des cartes qui rendent compte uniquement de la vigueur de la vigne. Ces cartes sont donc très précises et apportent des informations sans biais d’interprétation. L’inconvénient est le temps de prise de mesure : en effet, cela nécessite de passer dans chaque rang de vigne (ou un rang sur deux).
La télédétection, quant à elle, est une technique beaucoup plus rapide puisque les appareils survolent la vigne. En revanche, cette technique prend en compte, par défaut, l’indice NDVI de la partie supérieure de la canopée et des inter-rang. Il est donc nécessaire d’opérer un traitement des images pour mettre en relief uniquement la vigueur de la vigne.

A noter que selon la résolution de l’image et la gestion des inter-rangs, la « pollution visuelle » des images et la perturbation de la valeur de pixels correspondant aux vignes peuvent être plus ou moins fortes. Pour une résolution supérieure au mètre, le pixel débordera sur l’entre-rang et sa valeur NDVI sera donc proportionnelle à la réflectance de chaque surface couverte, vignes et sol. En revanche, avec une résolution inférieure à 50 cm, il sera possible de détecter les rangs de vigne. Bien évidemment, plus la résolution est fine et plus la carte produite est robuste et fiable !

Quelle méthode choisir ?


Les deux méthodes, proxy ou télé-détection se complètent. La première reflète au mieux le comportement direct du feuillage. En revanche, elle est plus longue et plus coûteuse. La seconde permet d’avoir des cartes relativement précises de la vigueur de la vigne en vue aérienne, sur des grandes surfaces et à coûts modérés.

Au delà de la méthode, l’expertise et le service pour un bon R.O.I.


Vous souhaitez entrer dans une démarche plus approfondie de recherche d’équilibre et d’harmonisation de votre vignoble pour qu’il vous livre son plein potentiel ? Les cartes NDVI sont faites pour vous aider. Ce qui est important, c’est de savoir décrypter les cartes sans biais. FRUITION SCIENCES développe une expertise qui permet de livrer des cartes enrichies, c’est à dire retravaillées par nos équipes pour vous permettre d’aller directement à l’essentiel dans vos analyses et vos décisions opérationnelles, sans perdre de temps. C’est pourquoi nous établissons des cartes avec extraction des inter-rangs et avec classification de vigueur pour ne pas brouiller la lecture. Nos équipes sont là pour vous aider à choisir le type de carte adapté à vos objectifs et aux spécificités de votre vignoble et de votre terroir.

Delphine Preterre

Originaire de Normandie, grande amatrice de gastronomie, de biologie et de découvertes, c’est tout naturellement que j’ai choisi de faire mes études à l’école d’agronomie de Montpellier SupAgro. Durant mon cursus d’ingénieur, je me suis spécialisée en viticulture et œnologie, pour être diplômée en 2017. Cette formation pluridisciplinaire m’a permis de découvrir différents domaines de la filière vigne et vin, aussi bien en France qu’à l’étranger.
J’ai, d’une part, participé aux vinifications des millésimes 2015 en Bourgogne et 2016 à Bordeaux. J’ai découvert le métier de commercial à Madagascar où j’étais chargée du lancement d’un spiritueux à base de Rhum. J’ai aussi participé en Espagne à un projet de recherche européen de construction d’un robot viticole. Avant de rentrer en France, j’ai travaillé en Chine sur l’amélioration de la protection globale d’un vignoble en plein développement.
Employée à Fruition Sciences en Janvier 2018, je suis aujourd’hui responsable du développement, à la fois technique et commercial de la société dans la région Nouvelle Aquitaine. Passionnée de vin et de voyage, j’aime aussi passer mes temps libres à faire de la musique et du sport.

Follow us on social networks :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube

Share this post :
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *