Millésime 2015, qu’en est-il réellement pour les Syrah?

Uncategorized

Comme à l’accoutumée, l’automne est souvent propice à de nombreuses spéculations sur le devenir du millésime 2015. Avant toute chose, revenons sur les conditions climatiques de ce millésime. Au début de l’été, nous parlions d’une année proche de 2011, du fait des fortes chaleurs, d’une bonne minéralisation des sols et d’une bonne floraison. Mais qu’en est-il réellement ? Aujourd’hui, l’année 2015 est plus proche au niveau temps thermique (somme en degré jour) de 2006 que de 2011. 2006 étant noté par le site « Vin-Vigne » comme un Grand Millésime dans le Languedoc Roussillon, il est intéressant de remarquer que les données climatiques de ces Grands Millésimes sont sensiblement différentes des normales observées habituellement dans la région.

A la Livinière, les précipitations du millésime 2015 sont assez limitées et déficitaires enregistrant un cumul de 530 mm pour la période allant du 1er novembre au 31 octobre, dont 115 mm furent enregistrées suite à l’épisode cévenol du 15 novembre. Le début du printemps 2015, dans l’ensemble froid, a été propice à un débourrement légèrement tardif par rapport à 2014 pour les Syrah. Mai et juin respectivement peu (11mm) et bien arrosés (54mm) sont caractérisés par des températures plus chaudes que la normale (jusqu’au 8 juin) contribuant à une minéralisation active de la matière organique et favorisant un bon développement végétatif de la vigne. Le climat chaud et peu pluvieux a été favorable à une bonne floraison suivi de très près par la nouaison. Le 7 juin, le retard phénologique observé au débourrement s’était transformé en une avance de 7 jours par rapport à la moyenne 2010-2015. Le cycle végétatif printanier de la vigne s’est donc déroulé dans des conditions optimales, propice à un « Grand Millésime ».

Récolte juste avant vendange

Le mois de juillet est caractérisé par des températures records sur l’ensemble de la région avec des maximales au dessus de 35°C et des températures nocturnes supérieures à 20°C (plus de 11 nuits en juillet à la Livinière). Il va sans dire que ces fortes chaleurs couplées à une faible pluviométrie (seulement 8 mm au 31 juillet) ont affecté directement la physiologie de la vigne entrainant un ralentissement général de son métabolisme. Les pluies survenues au 13 juin ont permis de relancer la croissance foliaire pour les parcelles les plus contraintes et d’éviter l’entrée dans le déficit avant l’arrêt de croissance pour les autres. Ces pluies ont donc permis d’atteindre, début juillet, des tailles de canopée quasiment équivalentes aux années précédentes. Par ailleurs, plusieurs pics de VPD supérieurs à 3,5 kPa (déficit en vapeur d’eau) sont enregistrés entre les mois de juin et juillet. Pour rappel, lorsque les VPD sont supérieurs à 3,5 kPa la plante perçoit que la demande climatique augmente brutalement. Le VPD très fort au niveau des feuilles provoque une perte d’eau vers l’atmosphère même en condition de fermeture stomatique.

Un déficit modéré s’est installé à partir de début juillet sur les parcelles de Syrah. Ce déficit accompagné d’une absence de précipitations s’est accentué tout au long du mois de juillet pour atteindre un niveau préoccupant au début de la maturation (fin juillet – début août). Cette situation couplée à un déficit en vapeur d’eau élevé a sans aucun doute été la cause de blocages de maturité pour les Syrah. Ce blocage a été d’autant plus sévère sur les parcelles non irriguées.

Récolte des grappes au vignoble

Il faudra attendre le mois d’août pour revoir les pluies arroser le vignoble languedocien (100 mm dans la Livinière). A partir du 13 août, les températures baissent et sont plus proches des normales saisonnières. Les pluies du 13 et du 31 août ont permis de soulager le déficit hydrique et de relancer la maturité technologique, ralentie par les conditions climatiques du mois précédent. L’importante humidité relative accompagnée d’une baisse des températures en août ont été des facteurs favorables à la prolifération du Botritis dans les parcelles de Syrah. Heureusement, les épisodes de tramontane du mois de septembre ont diminué le risque phytosanitaire tout en accélérant la maturité phénolique.

2015 a donc tout pour être un millésime exceptionnel. Les phénomènes pluviométriques intenses enregistrés aux stades clés ont été déterminants dans le processus de maturation des vignes. Globalement, une maturité tannique optimale et alcoolique autour de 13-14 degré avec des Ph autour de 3,7 sont caractéristiques du millésime 2015 pour les syrah. En revanche, 2015 est moins fructifère que 2014, avec des rendements légèrement inférieurs de 5 à 10 % mais une chose est sûre, la qualité sera certainement au rendez-vous !

Malek

J’ai effectué une partie de mes études en Tunisie à Tunis (INAT) et une autre à Montpellier. Dans le cadre d’un double diplôme d’ingénieur, j’ai intégré en 2011 Montpellier SupAgro puis j’ai été diplômée en 2013. Cette double formation m’a permis de me spécialiser dans les technologies de l’information et de la communication et en particulier en cartographie et systèmes d’information géographique appliqués à l’agronomie.
Avant de travailler pour Fruition Sciences j’ai effectué divers stages en Tunisie et en France, dont mon stage de fin d’études au sein du groupe Pellenc sur la cartographie en viticulture de précision.
J’ai intégré l’équipe Fruition en 2014 et je suis actuellement en partie responsable des ventes et du suivi client dans la région du Languedoc Roussillon. Pendant la saison, j’assure également la gestion de projets sur terrain, la qualité des données et m’occupe des projets relatifs à la cartographie.
Dynamique, je n’hésite pas à faire sortir l’équipe pour un apéro sur la plage après le travail bien entendu 🙂 De mon temps libre je suis assez sportive et j’aime voyager et découvrir de nouveaux horizons.

Follow us on social networks :
Facebooktwittergoogle_pluslinkedinyoutube

Share this post :
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *